Oasis

 

 

Souillée, l'Eau,
Quand elle devient larmes,
Dans les yeux innocents
De ces enfants perdus,
Là où la guerre et ses armes,
Assèchent les torrents.
Là où les flammes du désert
Tarissent les rivières.
Et les mains tendues de ces enfants
Pour rien qu'un peu d'Eau,
un peu d'Ephémère...

Pétillante et Pure, l'Eau,
Lorsqu'elle coule à flot,
Et, éclate comme des bulles de joie,
Dans les regards amusés,
De ces enfants 'Rois',
Ignorants de leur chance,
Mais, qui n'ont pas la science
du Trésor à partager...

Douceur de l'Eau,
Quand elle redevient source,
Et que l'Enfant paraît,
Le corps baigné, apaisé,
Au creux du sein de la Mère,
Comme un Oasis à Préserver...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×