A te voir

 

À te voir dessiner comme ça.
Et naître sous tes frêles doigts,
Les traits assurés d’un sourire,
Le visage illuminé d’un ange.


À te regarder comme ça,
La main tendue, les yeux plissés,
Barioler de couleurs un monde infini.
Une fenêtre pour toile.


À t’écouter comme ça,
Me raconter pendant des heur’
Et Repeindre le décor
D’une ville morose.


À t’entendre comme ça,
Esquisser les contours
D’une aquarelle.


À te voir pleurer comme ça,
Cachée derrière la lune.
Les larmes courant sur tes joues,
A figer le temps.




Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site