Sans titre

(…)Lorsque le discours public ne sert plus qu’à masquer le vide de la pensée, à proférer avec aplomb des arguments spécieux ou controuvés, à habiller d’une apparence de bon sens le déni de toute logique rationnelle, à rendre admirables et honorables des actes ou des idées ignobles et méprisables, lorsque parler et écrire ne sont plus, pour beaucoup, que des moyens, non pas de chercher vérité et justice, mais de séduire et de mentir aux autres comme à soi-même, bref quand le langage n’est plus que le véhicule d’une manipulation démagogique et un instrument de domination parmi d’autres mis au service des puissants (…), alors c’est une tâche primordiale pour ceux qui savent encore ce que parler veut dire et refusent de s’en laisser conter, de mettre méthodiquement en lumière, comme le faisait Kraus*, le fonctionnement de la machine à abêtir.(…) Article de Alain Accardo : Karl Kraus, contre l’empire de la bêtise. Le monde diplomatique – Août 2005 – (*Ouvrage de K.Kraus (1874-1936) : « Les derniers jours de l’humanité », « Troisième nuit de Walpurgis ») 14ème Festival d’Ailleurs et…d’à côté, du 8 au 31 mars 2006
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×